Construire des immeubles au royaume des maisons : la densification du périurbain francilien par le logement collectif

Claire Fonticelli

Citer cet article

Référence électronique

Fonticelli, C. (2021). Construire des immeubles au royaume des maisons : la densification du périurbain francilien par le logement collectif. Dans I. Maleyre & G. Audrain-Demey (dir.), L’impact de la densification de l’espace urbain sur l’immobilier. Mis en ligne le 20 décembre 2021, Cahiers ESPI2R, consulté le 04 octobre 2022. URL : https://www.cahiers-espi2r.fr/521

Le périurbain demeure associé à l’étalement urbain, bien que ce dernier ralentisse en Île-de-France. La densification s’y impose de plus en plus comme mode d’urbanisation, poussé par les évolutions législatives et règlementaires.

Ces communes périurbaines franciliennes se trouvent donc contraintes de construire autrement, et notamment de réaliser du logement collectif. La densification par le logement collectif est encouragée tant par les politiques publiques que par l’ingénierie périurbaine et, si elle suscite des réactions contrastées de la part des élus locaux, certains s’en saisissent pour renouveler leur parc de logements. Pourtant, elle demeure compliquée à réaliser dans ces communes. Marché du logement jugé atone, surcoûts liés à la complexité des terrains et des opérations, difficultés à mobiliser des promoteurs ou des bailleurs sociaux, délicate acceptabilité pour les administrés… les freins sont nombreux.

Dans cette équation complexe, quelles sont les politiques d’aménagement mises en place pour y parvenir, et leurs difficultés opérationnelles ? Comment se recompose la gouvernance pour venir porter ces opérations ? Et, in fine, comment habite-t-on dans les logements construits et réalisés en densification ?

Cet article s’appuie sur une thèse achevée en 2018. Elle repose sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens réalisés auprès d’acteurs de la densification périurbaine, ainsi que sur près de 80 entretiens menés auprès d’habitants de logements construits en densification.

Introduction

À partir des années 1960, les communes périurbaines1, notamment en Île-de-France, se sont développées autour du triptyque maison individuelle, centre commercial, zone d’activité (Berger, 2004), rompant ainsi tant avec l’aménagement sur rue (pensons aux villages yvelinois, classiquement organisés autour de la rue, comme Houdan ou Montfort-l’Amaury) qu’avec la mixité fonctionnelle (Fouchier, 2001) qui y prévalait dans le passé. L’espace périurbain est dès lors souvent associé à l’étalement urbain, et concentre des critiques nombreuses, notamment dans les médias (Billard & Brennetot, 2009). Il s’agirait désormais de construire autrement en périurbain, et la densification est souvent vue comme une solution à l’étalement urbain et aux maux qu’il génère : automobilité, allongement des temps de transport, consommation de terres agricoles, même si ces critiques sont discutées et ne font pas l’unanimité dans le monde de la recherche (Reux, 2015).

Ainsi, dans le périurbain francilien, la densification s’impose de plus en plus comme mode d’urbanisation (Fonticelli & Moquay, 2019), poussé par les évolutions législatives et règlementaires. Cette densification se traduit par la construction de logements collectifs, qui représente en périurbain francilien 40 % des opérations de construction de logements entre 2009 et 2013 (base de données Sit@del), et permet une diversification du parc de logements périurbains, assez homogène (75 % de maisons et 71 % de logements de plus de 4 pièces, 70 % de propriétaires occupants en 2014, d’après l’Insee), en proposant de plus petits logements ainsi qu’une offre locative. Cette tendance permettrait alors de répondre aux besoins des jeunes ménages, des familles monoparentales ou des personnes âgées qui n’ont pas nécessairement les moyens ou l’envie d’habiter dans du logement individuel. Ce serait un moyen de favoriser la maturation périurbaine2, que connaît déjà l’Ouest francilien (Berger, Aragau & Rougé, 2014), tout en dynamisant la commune et en favorisant la transition démographique, souvent souhaitée par leurs élus. Dès lors, la densification par le logement collectif est encouragée tant par les politiques publiques que par l’ingénierie périurbaine et, si elle suscite des réactions contrastées de la part des élus locaux, certains s’en saisissent pour renouveler leur parc de logements. Pourtant, elle demeure compliquée à réaliser dans le périurbain francilien. Marché du logement jugé atone, surcoûts liés à la complexité des terrains et des opérations, problèmes pour mobiliser des promoteurs ou des bailleurs sociaux sur ces communes, délicate acceptabilité pour les administrés… les freins sont nombreux.

Dans cette équation difficile, quelles sont les politiques d’aménagement mises en place pour y parvenir, et leurs obstacles opérationnels ? Comment se recompose la gouvernance pour venir porter ces projets ? Et, in fine, comment habite-t-on dans les logements construits et réalisés en densification ?

Pour répondre à ces questions, nous montrerons que les politiques publiques poussent à la densification dans le périurbain, avant d’analyser comment les acteurs repensent et adaptent leurs pratiques à l’aune des différentes contraintes. Enfin, dans un dernier temps, nous porterons un regard critique sur cette densification périurbaine qui peine à répondre aux attentes de ceux pour qui elle a pourtant été réalisée : les habitants.

Des communes sur lesquelles s’appliquent des politiques pensées pour la métropole dense

Pour les penseurs de la ville, la limitation de l’artificialisation des sols et de l’étalement urbain passe par la densification. L’objectif « zéro artificialisation nette » (ZAN), inscrit dans le plan Biodiversité de juillet 2018, ainsi que le rapport France Stratégie (Fosse, 2019) consacré à ce sujet en attestent : il n’est pas envisageable qu’il soit possible d’atteindre le ZAN sans densifier.

Mais ce n’est pas nouveau. Depuis le « tournant des années 2000 » (Touati, 2010), la densification est devenue un objectif des politiques publiques, parallèlement à la mise en place de dispositifs pour lutter contre l’étalement urbain. La législation a tenté de le limiter sur l’ensemble des communes françaises, et notamment sur les communes du périurbain francilien. Ces différentes lois – loi Solidarité et renouvellement urbains (SRU, 20003), loi Engagement national pour l’environnement (ENE, 20104) et loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR, 20145) – restreignent les possibilités qu’avaient jusque-là les communes d’ouvrir de nouvelles zones à l’extension urbaine, mais sans parvenir à enrayer l’étalement urbain. Et cela principalement parce que les plans locaux d’urbanisme (PLU) n’ont pas tous joué le jeu des limitations de l’étalement urbain imposées dans un premier temps. En Île-de-France, c’est surtout le schéma directeur de la région (SDRIF, 2013) qui fixe des objectifs importants de limitation de l’étalement urbain dans cette zone géographique : les bourgs, villages et hameaux franciliens disposent d’une possibilité d’extension urbaine maximale de 5 % au regard de la surface urbanisée existante6. Mais même sans utiliser ces 5 %, avec ces lois et ce règlement, les communes périurbaines avaient alors encore le choix : opter pour des politiques « malthusiennes » (Charmes, 2007) et arrêter de construire des logements, ou construire ceux-ci en densification.

Mais ces lois vont se cumuler avec d’autres, qui retirent à ces communes cette alternative en Île-de-France : ces dernières font face à des objectifs de construction, fixés par la territorialisation de l’offre de logements (TOL) ou par l’application de l’article 55 de la loi SRU. En effet, initialement, cet article, qui vise à développer le logement social au sein des villes-centres et des communes de l’agglomération7 (20 %, puis 25 % dès le 1er août 2014) sous peine de pénalités importantes, va imposer la densification sur certaines communes périurbaines de par les conséquences indirectes de la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM, 20148) et de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe, 20159). Par effet de seuils, beaucoup de communes franciliennes, qui n’étaient jusqu’alors pas concernées par l’article 55 de la loi SRU, ont été rattachées à des intercommunalités où cet article s’impose ; or, il n’a pas été pensé pour le périurbain, où la réalisation de logements sociaux est pour le moins complexe10. Et ce d’autant plus que les communes périurbaines n’ont, pour la plupart, pas anticipé ces objectifs auxquels elles doivent répondre à toute vitesse, sans parfois disposer des ressources – spatiales, financières, techniques – nécessaires.

Figure 1. Carte des objectifs chiffrés de la territorialisation des objectifs de logement, d’après la DRIEA-IF.

Image 10000000000002CF0000030827314935030F2DBC.png

Reproduit de Construire des immeubles au royaume des maisons. La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif : modalités, intérêt et limites, par C. Fonticelli, 2018. p. 110

Quelle adaptation des pratiques des professionnels pour construire en périurbain ?

Penser la densification en périurbain est bien différent que de l’envisager à Paris ou en banlieue proche. Au-delà de l’agglomération, la densification est compliquée à équilibrer économiquement, car densifier coûte plus cher que construire en extension (Castel, 2011) : le foncier sur lequel se réalisent les opérations est souvent onéreux, et il nécessite généralement des opérations de démolition voire de dépollution. De même, construire des immeubles est plus coûteux que de construire des maisons : « Plus elle [la densité] est forte plus le coût de construction au m² de plancher est élevé du fait des contraintes techniques qu’elle impose » (Castel & Jardinier, 2011). Or, à localisation identique, le prix de vente au mètre carré d’un appartement est moindre que celui d’une maison (Castel & Jardinier, 2011). En conséquence, dans le périurbain, sans une intervention volontaire des collectivités territoriales, cela n’aboutirait le plus souvent qu’à la construction de maisons individuelles en extension. Si les opérations de densification de type BIMBY11 peuvent être équilibrées financièrement et attractives pour des particuliers (Le Foll & Miet, 2013), la densification sous la forme d’immeubles est peu rentable pour les acteurs de la construction en périurbain.

Cela est particulièrement évident pour les bailleurs sociaux. Le financement du logement social est étroitement lié au zonage géographique des communes (Fauconnier, 2019). Or, celui-ci favorise certains territoires aux dépens d’autres. Le zonage dit « 1, 2, 3 », par exemple, permet de fixer les montants maximums des loyers, qui dépendent de la zone à laquelle appartient la commune concernée. Ces effets de secteurs peuvent ainsi décourager certains bailleurs d’intervenir en zone 2, où se trouve une grande partie du périurbain en Île-de-France12.

De même, ce marché est logiquement peu attractif pour les acteurs de la construction, notamment en comparaison des grands chantiers ouverts au sein de la métropole parisienne. Il est peu rentable, souvent complexe à mener, les oppositions des habitants aux projets étant légion. En outre, le nombre d’appartements réalisés par projet, en densification périurbaine, est bien inférieur à celui produit lors d’opérations en densification métropolitaine ou sur des chantiers du même ordre d’importance. Si de plus en plus d’élus périurbains acceptent de réaliser des logements sociaux, ils n’admettent qu’un nombre limité de logements et préfèrent multiplier les petites opérations. Cela s’oppose à la réalité économique des bailleurs sociaux13. En conséquence, les bailleurs sociaux ou les promoteurs immobiliers d’envergure nationale privilégient les projets en banlieue parisienne. Beaucoup d’élus, même volontaires pour produire du logement, peine à trouver des acteurs qui acceptent de construire.

Ce sont davantage des promoteurs ou des bailleurs sociaux « secondaires » qui interviennent (Fonticelli, 2018)14. Certains bailleurs sociaux implantés dans les départements limitrophes, hors Île-de-France, se positionnent parfois pour travailler au sein du périurbain francilien, territoire toujours plus rentable que le leur. C’est le cas de l’Office public d’aménagement et de construction (OPAC) de l’Oise, qui opère aussi dans le Val d’Oise. Ainsi, la plus grande partie des logements réalisés dans les bourgs périurbains est produite par des petits promoteurs locaux, bien implantés qui, grâce à une bonne connaissance du terrain, parviennent à équilibrer leurs programmes neufs, voire à réaliser des projets en densification. Le manque d’acteurs d’envergure sur ces secteurs est alors un atout pour eux, qui se positionnent comme la seule option possible pour réaliser du logement social dans les bourgs et profitent de l’absence de concurrence. Enfin, du fait du contrôle renforcé pour limiter l’étalement urbain, certains lotisseurs deviennent promoteurs et réalisent des immeubles, faute de trouver des terrains à lotir dans les communes où ils disposent de leurs réseaux. C’est le cas du groupe Arbey, pour qui le passage de lotisseur à promoteur s’explique par l’évolution du marché, qui ne permet plus autant de réaliser des opérations de lotissement.

« On a commencé par faire de l’aménagement, par avoir une fonction d’aménageurs, et ensuite on a eu une casquette de promoteur. […] Là où si à l’époque il faisait 100 terrains à bâtir, aujourd’hui, il ferait 1 000 logements. Le rapport il est de cet ordre. »
(entretien, promoteur immobilier Citic et Arbey, 2016)

Devant cet état de fait, la société a été contrainte de trouver de nouveaux produits à réaliser :

« — D’où un repositionnement de votre société ?
— Ouais, et de tous les acteurs du marché, il n’y a plus personne pour faire de l’aménagement pavillonnaire. … Mais vous voyez, les conditions ont complètement évolué. »
(entretien, promoteur immobilier Citic et Arbey, 2016).

Ainsi, faute de pouvoir réaliser du lotissement, l’entreprise s’est mise à réaliser des opérations de promotion immobilière et à intervenir en densification.

Les maires des communes périurbaines se confrontent donc à une double difficulté : apporter des capitaux pour équilibrer les opérations de densification et trouver des acteurs qui acceptent de construire sur leur commune. Le tout alors que la densification et le logement social demeurent mal acceptés par les populations périurbaines. Les élus qui voulent construire doivent alors se faire chefs d’orchestre de ces opérations en démarchant bailleurs sociaux et promoteurs, en subventionnant les constructions ou en allant solliciter des financements ou des porteurs de foncier auprès d’autres intervenants (établissements publics fonciers, conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement, parcs naturels régionaux…).

Une densification qui ne répond pas aux attentes des habitants ?

Dans la plupart des communes périurbaines, la densification s’opère donc sous contrainte des politiques publiques nationales et territoriales, et peu de maires sont enclins à la réaliser. Le travail de thèse a mis en avant quatre types de réaction de la part des élus confrontés à la densification. Premièrement, les communes « malthusiennes », selon l’expression de Charmes (2007), qui ne sont pas soumises à l’obligation de réaliser du logement social et qui choisissent de ne pas densifier leur commune, notamment par un contrôle renforcé du PLU. Citons l’exemple d’Orgerus, commune des Yvelines de 2 300 habitants où le maire sortant et son adversaire aux élections municipales de 2014 se sont opposés autour de la question de la construction d’un programme de 17 logements sociaux souhaité par le maire, voyant finalement la victoire de l’opposant hostile au programme de construction.

Deuxième type, les communes qui ne se saisissent pas de la densification pour en faire une politique municipale affirmée. Dans ces localités, des opérations de densification peuvent avoir lieu parce que la commune a un marché dynamique. C’est le cas de Bois-le-Roi, en Seine-et-Marne, où un promoteur immobilier a réalisé successivement trois opérations de construction d’immeubles sans aucune intervention des élus15. Mais elles se font sans grande cohérence, sans que les élus réussissent à concevoir un projet urbain à l’échelle de la commune. La qualité des projets pose alors question.

Troisième type, les communes soumises à l’obligation de produire du logement social et qui doivent le faire rapidement. Mais qu’en est-il de l’atteignabilité de ces objectifs et, là aussi, de la qualité des opérations réalisées, certaines proposant des densités très – trop ? – importantes en regard de leur environnement urbain ? Itteville, dans l’Essonne, en est caractéristique. Pour rattraper le retard en logements sociaux de la commune, le maire souhaitait initialement la construction d’une opération de quatre étages, dans un quartier pavillonnaire, ce qui a suscité l’hostilité des riverains.

Enfin, tout n’est pas si négatif ; certaines communes se saisissent réellement des objectifs de densification et en font un projet municipal, notamment appuyé par de l’ingénierie publique. C’est le cas de Bouray-sur-Juine, en Essonne, où une démarche de reconversion d’un presbytère en sept logements, dont les loyers seront plafonnés, vient d’être couronnée par le label EcoQuartier, ce qui est exceptionnel pour une commune de 2 200 habitants.

Quelle que soit la commune périurbaine, il demeure toutefois un invariant dans les constructions réalisées : l’architecture des opérations en densification revêt un caractère standardisé. Elle imite l’architecture traditionnelle des villages franciliens : hauteurs modérées (rarement plus de deux étages), toits en pente couverts de tuile, façades à l’alignement sur la rue et recouvertes d’enduit aux couleurs crème, fenêtres plus hautes que larges... Cette architecture domine pour plusieurs raisons, en particulier parce que beaucoup de maires l’imposent dans leurs PLU, notamment dans l’article 11 sur l’aspect des constructions extérieures. Les architectes des bâtiments de France (ABF) viennent souvent renforcer ces obligations. Dès lors, les promoteurs et les bailleurs sociaux périurbains proposent une architecture « pastichante » lorsqu’ils interviennent sur ces communes. 

Le problème de cette architecture que nous qualifions de « néo-village » (Fonticelli, 2018) n’est pas tellement esthétique : bien que le pastiche soit largement vilipendé par les professionnels de l’architecture, il a le mérite de susciter l’adhésion du plus grand nombre (Ferrari, 2015).

Figure 2. Relevés de façades de type « néo ».

Image 10000201000003E30000019DC60124C22F88C321.png

Reproduit de Construire des immeubles au royaume des maisons. La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif : modalités, intérêt et limites, par C. Fonticelli, 2018. p. 214.

La critique que nous y portons se trouve dans un autre registre, celui de la satisfaction des habitants des logements en eux-mêmes. Nous avons enquêté auprès de 80 résidents de logements fraîchement construits en densification portant sur cinq opérations de logements16, et les propos rapportés sont unanimes : les logements sont jugés peu satisfaisants s’ils ne permettent pas d’accéder à un espace extérieur (terrasse, jardin). Or, du fait de cette architecture « néo-village », peu d’appartements bénéficient de cette « cinquième pièce », simplement parce qu’elle se doit d’avoir des façades lisses sur rue et ne compte donc jamais de balcon. Seules les façades sur cour peuvent alors en bénéficier, mais ceux-ci s’avèrent, au dire des personnes interrogées, trop petits.

De ce fait, les opérations de logement collectif récemment réalisées peinent à convaincre leurs habitants. Si le périurbain est un choix pour la plupart des ménages interrogés, habiter en appartement est une contrainte. Ils « votent alors avec leurs pieds », selon l’expression de l’économiste Charles Tiebout (Charmes, 2012), et déménagent. Certains logements neufs demeurent vacants ou peinent à trouver des locataires ou des propriétaires. Ceux qui y habitent continuent de rêver d’accéder à une maison individuelle, rêve qu’ils ne pourront bien souvent exaucer qu’au-delà des limites de l’Île-de-France, contribuant ainsi à l’accentuation de l’étalement urbain.

Conclusion

Faute de trouver une offre de logements en adéquation avec leur budget et leurs envies au sein du périurbain francilien, les ménages vont habiter en maison dans les départements limitrophes, où la densification est moins encadrée et où les constructeurs de maisons individuelles se repositionnent.

L’espace périurbain est spécifique et dispose de dynamiques très différentes de celles de la ville et de la banlieue. À trop y intégrer des solutions urbaines faisant fi des particularités territoriales, on produit un logement sous contrainte, qui ne répond pas aux aspirations de ses habitants. Cela nous invite à repenser l’adéquation des politiques de densification à cet espace périurbain francilien.

1 La définition de « périurbain » que nous retenons pour cet article est celle de l’Insee (2010). Il s’agit des communes de la couronne de l’aire

2 L’idée d’une « maturité » de certains territoires périurbains a été développée par Martine Berger, Claire Aragau et Lionel Rougé (2014). Elle se

3 Loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains, JORF n° 289 du 14 décembre 2000, texte n° 2.

4 Loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement (1), dite « Grenelle 2 », JORF n° 0160 du 13 juillet 2010, texte

5 Loi n° 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (1), JORF n° 0072 du 26 mars 2014, texte n° 1.

6 Peuvent s’y ajouter 5 % supplémentaires en cas de présence d’une gare dans un rayon de 2 kilomètres et en continuité de l’existant, et de 5 % pour

7 En effet, la loi prévoit qu’en Île-de-France les communes concernées par cette obligation sont celles de l’unité urbaine qui comptent au moins 1 500

8 Loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (1), JORF n° 0023 du 28 janvier

9 Loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République, JORF n° 0182 du 8 août 2015, texte n° 1.

10 Deux décrets, publiés en mai 2017, ont exempté une partie de ces communes, mais ils peinent à répondre à l’ensemble des problématiques générées par

11 Build in my backyard, « Construire dans mon jardin ».

12 Les acteurs rencontrés durant la thèse dont est issue cet article en témoignent : « C’est compliqué parce qu’on se retrouve tout de suite en

13 « Sur de toutes petites opérations, [il est] plutôt de 20 logements si tout va bien, là c’est moins évident d’y aller pour le bailleur social, même

14 D’après une étude réalisée à partir d’une base de logements collectifs dont les permis de construire ont été déposés entre 2009 et 2013 dans les

15 La commune devrait pourtant prochainement être soumise à l’obligation de réaliser des logements sociaux, sans qu’elle n’anticipe cette politique.

16  Nous avons conduit des entretiens sur la commune d’Itteville (programme de 17 logements sociaux près de l’église), Montfort-l’Amaury (petit

Berger, M. (2004). Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée  ? CNRS Éditions.

Berger, M., Aragau, C., & Rougé, L. (2014). Vers une maturité des territoires périurbains  ? Développement des mobilités de proximité et renforcement de l’ancrage dans l’ouest francilien. EchoGéo, 27.

Billard, G., & Brennetot, A. (2009). Le périurbain a-t-il mauvaise presse  ? Analyse géoéthique du discours médiatique à propos de l’espace périurbain en France. Articulo - Journal of Urban Research, 5.

Castel, J.-C. (2011). L’impact de la densité sur les coûts. Sites.google.com/site/jccastel69. Consulté le 20 mai 2021.

Castel, J.-C., & Jardinier, L. (2011). La densité au pluriel. Un apport à la recherche sur les coûts de l’urbanisation. Études foncières, 152, 12‑17.

Charmes, É. (2007). Le Malthusianisme foncier. Études foncières, 125, 12‑16.

Charmes, É. (2012). Une approche théorique des villes  : l’actualité du modèle de Charles Tiebout. L’Économie politique, 53, 40 53.

Fauconnier, G. (2019). La mise en œuvre de l’article 55 de la loi « Solidarité et renouvellement urbains » (SRU) dans les Yvelines, entre application formelle et adaptation stratégique. [Thèse de doctorat, université Paris Nanterre].

Ferrari, F. (2015). Le populisme esthétique. L’architecture comme outil identitaire. Infolio.

Fonticelli, C. (2018). Construire des immeubles au royaume des maisons La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif  : modalités, intérêts et limites. [Thèse de doctorat, AgroParisTech]. Hal.archives-ouvertes.fr

Fonticelli, C., & Moquay, P. (2019). D’une standardisation à une autre… Quel développement du périurbain francilien ? Les Annales de la Recherche Urbaine, 113, 114-125.

Fosse, J. (2019). Objectif «  Zéro artificialisation nette  »  : quels leviers pour protéger les sols  ? France Stratégie.

Fouchier, V. (2001). Mesurer l’étalement, la densification, le desserrement : différentes formes de gain d’espace en Île-de-France. Dans La ville aux champs (p. 29-48). Association des études foncières.

Le Foll, B. & Miet, D. (2013). Construire dans mon jardin et résoudre la crise du logement. Cinq idées-clés pour comprendre la filière BIMBY. Métropolitiques.

Reux, S. (2014). Facteurs de l’urbanisation discontinue  : proposition d’une grille de lecture. BSGLg, 63, 67-83.

Touati, A. (2010). Histoire des discours politiques sur la densité. Études foncières, 145, 24-26.

1 La définition de « périurbain » que nous retenons pour cet article est celle de l’Insee (2010). Il s’agit des communes de la couronne de l’aire urbaine, qui envoient travailler à minima 40 % de leurs actifs dans l’unité urbaine et qui sont distinctes de l’unité urbaine (équivalant à l’agglomération) d’au moins 200 m.

2 L’idée d’une « maturité » de certains territoires périurbains a été développée par Martine Berger, Claire Aragau et Lionel Rougé (2014). Elle se traduirait par une diversification des profils des ménages, de leurs mobilités, de leurs activités.

3 Loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains, JORF n° 289 du 14 décembre 2000, texte n° 2.

4 Loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement (1), dite « Grenelle 2 », JORF n° 0160 du 13 juillet 2010, texte n° 1.

5 Loi n° 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (1), JORF n° 0072 du 26 mars 2014, texte n° 1.

6 Peuvent s’y ajouter 5 % supplémentaires en cas de présence d’une gare dans un rayon de 2 kilomètres et en continuité de l’existant, et de 5 % pour une commune classée « pôle de centralité à conforter ».

7 En effet, la loi prévoit qu’en Île-de-France les communes concernées par cette obligation sont celles de l’unité urbaine qui comptent au moins 1 500 habitants (3 500 en dehors de l’Île-de-France) situées dans une agglomération ou un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre d’au moins 50 000 habitants, comptant une ville de plus de 15 000 habitants.

8 Loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (1), JORF n° 0023 du 28 janvier 2014, texte n° 3.

9 Loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République, JORF n° 0182 du 8 août 2015, texte n° 1.

10 Deux décrets, publiés en mai 2017, ont exempté une partie de ces communes, mais ils peinent à répondre à l’ensemble des problématiques générées par ces redécoupages territoriaux.

11 Build in my backyard, « Construire dans mon jardin ».

12 Les acteurs rencontrés durant la thèse dont est issue cet article en témoignent : « C’est compliqué parce qu’on se retrouve tout de suite en secteur 2 avec des niveaux de loyer qui sont quand même faibles, alors qu’on a des charges foncières qui ne sont pas limitées » (entretien, assistant à maîtrise d’ouvrage spécialisé en montage d’opérations, 2017). « En zone 2, c’est plus difficile d’équilibrer l’opération à cause des loyers » (entretien, conseil départemental de l’Essonne, 2017). « En Île-de-France, entre un village qui est en zone 1 et le village d’à-côté en zone 2, les prix à l’achat sont quasiment égaux, mais les subventions nettement moins fortes » (entretien, bailleur social Société nationale pour le logement, 2017).

13 « Sur de toutes petites opérations, [il est] plutôt de 20 logements si tout va bien, là c’est moins évident d’y aller pour le bailleur social, même pour le promoteur, parce que ça ne sont pas les mêmes coûts de construction » (entretien, conseil départemental de l’Essonne, 2017). « La difficulté à attirer les bailleurs est assez présente. … se posait le problème pour de petites opérations en milieu rural, car le seuil de viabilité minimal était estimé à 20 logements…] » (entretien, IngenierY, 2016).

14 D’après une étude réalisée à partir d’une base de logements collectifs dont les permis de construire ont été déposés entre 2009 et 2013 dans les bourgs périurbains franciliens. Cette base de données comportait 45 opérations de logements réalisées par des bailleurs sociaux sur les bourgs étudiés, 86 réalisées par des opérateurs privés, et 3 opérations mixtes. Ces bailleurs sociaux produisent en moyenne une vingtaine de logements par opération. Parmi les 25 bailleurs sociaux identifiés sur les opérations en densification, seulement trois ont une envergure nationale (Logement français, Domaxis et Immobilière 3F) et deux interviennent dans l’ensemble de l’Île-de-France (Antin Résidence et Toit et joie, filiale de La Poste).

15 La commune devrait pourtant prochainement être soumise à l’obligation de réaliser des logements sociaux, sans qu’elle n’anticipe cette politique.

16  Nous avons conduit des entretiens sur la commune d’Itteville (programme de 17 logements sociaux près de l’église), Montfort-l’Amaury (petit collectif de 40 logements privés en démolition-reconstruction), Houdan (26 logements en réhabilitation plus densification), Plailly (30 logements, quasiment tous so­ciaux), et Moussy-le-Neuf (99 logements privés) durant l’année 2017.

Figure 1. Carte des objectifs chiffrés de la territorialisation des objectifs de logement, d’après la DRIEA-IF.

Figure 1. Carte des objectifs chiffrés de la territorialisation des objectifs de logement, d’après la DRIEA-IF.

Reproduit de Construire des immeubles au royaume des maisons. La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif : modalités, intérêt et limites, par C. Fonticelli, 2018. p. 110

Figure 2. Relevés de façades de type « néo ».

Figure 2. Relevés de façades de type « néo ».

Reproduit de Construire des immeubles au royaume des maisons. La densification des bourgs périurbains franciliens par le logement collectif : modalités, intérêt et limites, par C. Fonticelli, 2018. p. 214.

Claire Fonticelli

Docteure en sciences du paysage
Enseignante, université de Cergy-Pontoise

© Groupe ESPI.