Renouvellement du parc

Ismaël N'daw

Citer cet article

Référence électronique

N'daw, I. (2023). Renouvellement du parc. Dans S. Depraz (dir.), Analyse des besoins en logements en France à l’horizon 2030. Méthode et résultats. Mis en ligne le 05 décembre 2023, Cahiers ESPI2R, consulté le 18 juillet 2024. URL : https://www.cahiers-espi2r.fr/1264

Le renouvellement « naturel » du parc des logements peut se traduire par la disparition d’une partie du parc existant (démolitions) ou la création de logements par division de grands logements ou lors de changements d’usage (transformation de bureaux en logements). Malheureusement, les données sur la construction et la démolition à l’échelle communale sont indisponibles ou alors peu fiables. Face à cette limite, la mise en place d’une méthode robuste est restreinte. Afin de surmonter cette contrainte, l’idée est de s’appuyer sur les travaux de Jacquot (2012), qui demeurent parmi les plus fiables à ce jour en ce qui concerne le renouvellement du parc immobilier. Selon ce dernier, « le renouvellement du parc pourrait quant à lui contribuer chaque année à l’évolution du stock de logements à hauteur de - 30 000 unités, si l’on se fonde sur les niveaux moyens observés depuis trente ans, ou de - 50 000 si l’on table en outre sur la poursuite de l’effort de renouvellement urbain dans les quartiers de grands ensembles tel qu’il est mené depuis 2004 ». Contrairement à la plupart des études récentes sur les besoins en logements en France, ici le scénario des 30 000 est préféré à celui des 50 000 car l’effort de renouvellement urbain dans les quartiers de grands ensembles cité par Jacquot (2012) n’est plus d’actualité. En effet, ce dernier faisait référence au Programme national de rénovation urbaine (PNRU ; ANRU, s. d.), dont la mise en œuvre avait été confiée à l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Ce programme visait un effort national sans précédent de transformation des quartiers les plus fragiles classés en zones urbaines sensibles (ZUS), concernant plus particulièrement les logements, les équipements publics et les aménagements urbains (ANRU). Lancé par la loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine du 1er août 2003, il avait été clôturé en 2021 (ANRU, 2023).

En 2014, un second programme a été piloté par l’ANRU : le Nouveau Programme national de renouvellement urbain (NPNRU). Cependant, celui-ci propose une nouvelle approche de l’aménagement des territoires. Si le précédent programme était concentré sur des opérations massives de réaménagement des quartiers, se traduisant notamment par des destructions d’immeubles dégradés et une reconstruction de nouveaux logements, le NPNRU se focalise sur tous les outils nécessaires au développement économique et social des quartiers tout en accordant une place centrale aux habitants (Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires & ministère de la Transition énergétique, 2022). C’est la raison pour laquelle le scénario d’un besoin lié au renouvellement du parc de 30 000 logements par an sera conservé et projeté de manière uniforme, par défaut, sur l’ensemble des communes observées.

CC BY-NC-ND 2.0 FR sauf pour les figures et les visuels, pour lesquels il est nécessaire d'obtenir une autorisation auprès des détenteurs des droits.