La ville du quart d’heure

Repère biblio - Partie 2

Lolita Gillet et Mathilde Vignau

Citer cet article

Référence électronique

Gillet, L., & Vignau, M. (2021). La ville du quart d’heure. THEMA Urbanisme. Mis en ligne le 15 mai 2021, Cahiers ESPI2R, consulté le 19 août 2022. URL : https://www.cahiers-espi2r.fr/359

La première partie de ce repère bibliographique sur la ville du quart d’heure était consacrée aux deux premiers pans de ce concept : la densité et la proximité. Le deuxième volet a trait à la mixité fonctionnelle ainsi qu’à l’ubiquité par le numérique. Nous vous proposons également quelques critiques de la ville du quart d’heure et mises en perspective.

Figure 1. La ville du quart d’heure.

Image 10000000000001F20000026759BFD0B4079B9F10.jpg

Un modèle basé sur six fonctions sociales principales.

© Groupe ESPI.

La mixité fonctionnelle

Égalité et solidarité en ville

Driad, H. I., Hamman, P., & et Freytag, T. (2014). La mobilité des personnes âgées dans le « quartier durable » de Rieselfeld à Fribourg-en-Brisgau. Revue Géographique de l’Est, 54(3-4).

Eleb, M., & Violeau J.-L. (2000). Entre voisins. Dispositif architectural et mixité sociale. Éditions de l’Épure.

Hached, W., & et Propeck-Zimmermann, E. (2020). Mobilité douce et disparités socio-spatiales : évaluation de l’ergonomie d’accès aux ressources du quotidien. Territoire en mouvement. Revue de géographie et aménagement, 47.

Haumont, B., & Morel A. (dir.) (2005). La société des voisins. Partager un habitat collectif. Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Métropole Rouen Normandie. (2017). Compte-rendu du séminaire Femmes & espaces publics : les enjeux de la mixité dans l’aménagement de la ville.

Terrier, C. (2016). L’intégration du genre dans l’espace public. Le cas de la place des Terreaux. [Mémoire, université Grenoble Alpes - institut d’urbanisme de Grenoble]. Dumas.ccsd.cnrs.fr 

Terrin, J.-J. (dir.) (2011). Le piéton dans la ville. L’espace public partagé. Éditions Parenthèses.

Tonucci, F. (2019). La ville des enfants. Pour une [r]évolution urbaine. Éditions Parenthèses.

Toulouse, M. (2013). La mixité générationnelle, sociale et fonctionnelle comme fondement de la restructuration d’une parcelle du quartier Vieux-Limoilou. [Projet, université Laval]. Arc.ulaval.ca

La ville multifonctionnelle

Belleil, S. (2013). Le polycentrisme comme réponse aux enjeux de la ville contemporaine ? Le cas de l’agglomération du Pays de Montbéliard. [Mémoire, université Pierre-Mendès-France]. Aadu-montbeliard.fr

IAU IdF. (2011). La mixité fonctionnelle : un objectif à définir et à négocier au cas par cas.

IAU IdF. (2015, mai). La mixité fonctionnelle au regard du commerce/ Retour sur 4 quartiers en rénovation urbaine. Tome 1 : rapport final.

IAU îdF. (2016, septembre). L’usine du futur : le retour vers l’urbain ?

Le Corbusier, & Giraudoux, J. (1957). La Charte d’Athènes, avec un discours liminaire de Jean Giraudoux. Urbanisme des Congrès internationaux d’Architecture moderne. Plon.

PUCA. (2012). Mixité fonctionnelle versus zoning : de nouveaux enjeux ? Appel à proposition de recherche.

PUCA. (2015). Mixité fonctionnelle versus zoning : nouveaux enjeux ? Premier plan, 32.

Le bâtiment multifonctionnel

Alonzi, V. (dir.). (2020, novembre). Espaces hybrides, villes en transition. Bouygues Construction.

Hudry, A. (2017). La réversibilité des usages d’un bâtiment. [Mémoire, université Paris 1 Panthéon Sorbonne]. Gridauh.fr

Lebois, V. (2014). Entre le logement et la rue, des espaces ambigus ouverts à un processus de production plurielle. Revue Géographique de l’Est, 54(3-4).

Mialet, F. (2011). Mixité fonctionnelle et flexibilité programmatique. PUCA.

Muller, L. (2016, 28 juin). Mixité fonctionnelle pour la Cité Paul Ricoeur de Rennes. Chroniques d’architecture.

Rossignol, C. (2014). Urbanité, mixité et grande hauteur : pour une approche par les dimensions public/privé des tours mixtes et de leur production. Le cas de Paris et de l’Île-de-France. [Thèse, université Paris-Est]. Pastel.archives-ouvertes.fr

SCET. (2019, avril). Le droit de l’urbanisme et de la construction permettent-ils de construire réversible ?

Driad, H. I., Hamman, P., & Et Freytag, T. (2014). La mobilité des personnes âgées dans le « quartier durable » de Rieselfeld à Fribourg-en-Brisgau. Revue Géographique de l’Est, 54(3-4).
Cet article questionne l’inclusion des personnes âgées au sein d’un quartier du sud-ouest de l’Allemagne (land Bade-Wurtemberg), pionnier en matière de réintroduction du piéton au cœur de la ville. L’analyse, réalisée grâce à une enquête quantitative et qualitative auprès des seniors, repose sur les deux problématiques suivantes : « Comment l’aménagement d’un écoquartier favorable à la mobilité durable peut-il contribuer aux changements des pratiques de mobilité des personnes âgées ? Y a-t-il eu des changements réels dans les habitudes de comportements de mobilité des personnes âgées suite à la mise en œuvre d’une politique de mobilité durable à Rieselfeld ? » (§5). Les résultats soulignent la prédilection des seniors pour les modes de transport doux (et non, contrairement à ce qui est souvent dit, pour la voiture) dans leur mobilité quotidienne. Cette dernière privilégie la proximité. Les personnes relativement sédentaires le sont pour des raisons de santé plutôt qu’à cause d’une inadaptation des équipements publics. Les auteurs ont relevé cependant quelques freins importants : les difficultés d’accessibilité des personnes à mobilité réduite ou le tarif des abonnements aux transports en commun.

L’ubiquité par le numérique

Ville et quartier numériques

Agence nouvelle des solidarités actives & Secrétariat général du Comité interministériel des villes. (2011). Espaces publics numériques et politique de la ville : propositions pour mieux travailler ensemble au service des habitants des quartiers.

Deleuil, J., Barbey, E. & Sintès, A. (2017). Le dévoiturage ou la ville sans (sa) voiture : mobilités plurielles, services numériques et vie de quartier. Flux, 2(2), 80-87.

France Urbaine. (2019). Villes, numérique et innovations sociales : expériences françaises.

France Stratégie. (2017). Smart Cities : « il faut partir des besoins et des usages des citoyens ». Interview de Christine Raynard.

Offner, J.-M. (2018). La smart city pour voir et concevoir autrement la ville contemporaine. Quaderni, 96, 17-27.

Liefooghe, C. (2018). Les tiers-lieux à l’ère du numérique : diffusion spatiale d’une utopie socio-économique. Géographie, économie, société, 1(1), 33-61.

Moreno, C. (2015). Smart City : de la « ville numérique  » à la « ville vivante   ».

Moreno. C. Au-delà de la smart city. Le technocentrisme, c’est la mort de la ville. Pca-stream.

Romero-Torres, A, Normand, C. L., Lussier-Desrochers, D. (2018). Rendre une ville intelligente-numérique accessible pour tous : le cas des personnes présentant une déficience intellectuelle. tic&société, 12(2), 45-73.

Zreik, K. (dir.) (2012). Villes hybrides et enjeux de l’aménagement des urbanités numériques. Europia Productions.

Mode de vie et hyperproximité

Baujard, C. (2019). Introduction : environnement numérique et musées. Les Cahiers du numérique, 1(1-2), 9-18.

Bouton, C. (2018). À la recherche de l’espace. Hyperconnexion, rapprochement et dé-localisation. Dans N. Aubert (éd.), @ la recherche du temps. Individus hyperconnectés, société accélérée : tensions et transformations (p. 151-165). Érès.

Brard, M. (2020). Livraisons urbaines en vélos-cargos : le Low-Tech au service de la transition écologique des villes. La Pensée écologique, 1(1).

Ducarroz, J., Marin, J., & Piris, L. La ville numérique va-t-elle changer radicalement les modes de vie ? Université Grenoble Alpes. Institut d’urbanisme et géographie alpine.

Guyonnaud, M.-F. (2016, 16 octobre). La « ville intelligente », d’abord une ville de services. The Conversation.

Lambert, J.-T., Deramond, J., & Deramond, J. (2015). La ville en live. Itinéraires numériques et artistiques à travers le patrimoine urbain. Études de communication, 45, 113-128.

Services à distance 

Aboulker, M. (2020, 16 juin). Dynamiser le commerce de centre-ville en un clic ? Crise du Covid-19 et digitalisation des commerces de proximité.

Banque des Territoires. (2019). Dynamiser le commerce de centre-ville en un clic ? Guide des solutions numériques.

Genevois, S. & Poyet, F. (2010). Espaces numériques de travail (ENT) et « école étendue » : Vers un nouvel espace-temps scolaire ? Distances et savoirs, 4(4), 565-583.

Marcellin, D. (2020, 26 novembre). Digitalisation : tous au chevet du commerce de proximité. Alliancy.fr

Nguyen-Luong, D. (2020, mai). Le développement de la télémédecine pourrait avoir un impact insoupçonné sur les déplacements en Île-de-France. Institut Paris Région.

Opinion Way. (2016). Le commerce local à l’heure du consommateur connecté.

Programme Société Numérique. La téléconsultation se fraye une voie dans les pratiques de santé. Labo.societenumerique.gouv.fr

Vidal, M. (2020). L’enseignement à distance, trait d’union en temps de pandémie. Distances et médiations des savoirs, 32.

Romero-Torres, A, Normand, C. L., Lussier-Desrochers, D. (2018). Rendre une ville intelligente-numérique accessible pour tous : le cas des personnes présentant une déficience intellectuelle. tic&société, 12(2), 45-73.
La ville intelligente-numérique (VIN) devrait pouvoir réduire la fracture numérique et la fracture sociale. Or, l’utilisation efficiente et en toute sécurité des TIC requiert en particulier cinq types d’exigence : « l’accès aux TIC, les exigences sensori-motrices, cognitives, techniques, ainsi que les codes et les conventions sociales » dont les citoyens ne bénéficient pas au même niveau. Afin de réduire l’exclusion des personnes ayant une déficience intellectuelle, les auteurs proposent de « construire des partenariats pour une communauté intelligente-numérique inclusive » (p. 63) qui intègre toutes les parties prenantes dans une vision commune. Pour cela, il est nécessaire de « définir les mécanismes de coordination et les porteurs pour faire profiter tous les citoyens de la VIN » (p. 65).

Quelques critiques et mises en perspective

Albert, M.-D. (2021, 25 février). Interview. « La ville du quart d’heure ne peut être le modèle suprême de la pensée urbaine », Jean-Marc Offner. Le Moniteur.fr

Albert, M.D. (2021, 15 février). Interview. « Paris, aujourd’hui, n’est pas la ville du quart d’heure partout et pour tous », Carine Rolland. Le Moniteur.fr

Allain, R. (2005). Ville et proximité. Le point de vue d’un géographe-urbaniste. Mots. Les langages du politique, 77, 129-136.

Badeau, K. (2020, 21 septembre), La ville du quart d’heure, nouvelle lubie urbaine ? Les Echos.

Bonnet, F. (2013). L’automobile, de la sobriété à la civilité. Tous urbains, 2(2), 54-57.

Charbonneau, J-P. (2013). La ville est encore conduite par la voiture. Tous urbains, 2(2), 46-48.

Collet, I. (2020). L’école à distance révèle que les compétences numériques des jeunes sont surestimées. Heidi News.

Delaleu, A. (2020, 25 août). La Ville du quart d’heure : utopie ? fantasme ? écran de fumée ? Chroniques d’architecture.

Delpirou, A. (2019). Action cœur de ville : une réponse en trompe-l’œil à la crise des villes moyennes ? Métropolitiques.

Fleury, A. (2010). Les contradictions d’un espace public produit dans la proximité. Le cas de Paris intra-muros. L’Espace Politique, 10.

Hampe, A. (2021, février). Il n’y aura pas de digitalisation des commerces de proximité sans effort d’accessibilité numérique. Entreprendre.fr

Lussault, M. (2013). Urbanités automobiles. Tous urbains, 2(2), 49-50.

Munfò, S. (2016). La ville compacte remise en cause ? Formes urbaines et mobilités de loisirs. Éditions Alphil-Presses universitaires suisses.

Roux, J.-M. (2013). L’auto, meilleure amie de l’homme. Tous urbains, 2(2), 58-59.

Six, N. (2020, 11 novembre). La technologie viendra-t-elle au secours des télétravailleurs ? Le Monde.

Allain, R. (2005). Ville et proximité. Le point de vue d’un géographe-urbaniste. Mots. Les langages du politique, 77, 129-136.
Remy Allain interroge et réaffirme l’importance du « duo conceptuel proximité-distance » (p. 129), dont les géographes auraient tendance à se défier en raison de « l’ambigüité et [de] la charge idéologique du mot “proximité” » (p. 135). Il souligne par ailleurs les inégalités que la notion engendre, le cumul des proximités bénéficiant à une certaine élite sociale. Les proximités sont intimement liées à la mobilité ; elles sont stigmatisantes pour ceux qui n’en ont pas accès et questionnent la polarisation des pouvoirs par le centre. « Le proche, ce n’est donc plus la grande ville traditionnelle. On doit le construire ailleurs » (p. 133) : il rappelle à cet égard les avantages et les affres du fonctionnalisme (Le Corbusier) et des cités-jardins (Howard), deux utopies qui ont tenté de répondre à défi urbain complexe.

Figure 1. La ville du quart d’heure.

Figure 1. La ville du quart d’heure.

Un modèle basé sur six fonctions sociales principales.

© Groupe ESPI.

Lolita Gillet

Éditrice, Groupe ESPI

Articles du même auteur

Mathilde Vignau

Enseignante-chercheuse, Groupe ESPI

Articles du même auteur

CC BY-NC-ND 2.0 FR sauf pour les figures et les visuels, pour lesquels il est nécessaire d'obtenir une autorisation auprès des détenteurs des droits.